couv-budget

Dans quoi passe le budget de votre site web ?

Voici un petit article rapide pour répondre à la question perpétuelle : « Pourquoi est-ce aussi cher ? » qui suit le fameux « Woh, je n’avais pas du tout ce prix là en tête. »

Je ne m’étalerai pas sur les tarifs que je pratique qui, soit dit en passant, sont tout à fait légitimes. Mais voici quelques points clés d’un projet web qui entrent en compte dans le chiffrage de votre projet.

L’expertise

Si vous faites appel à un professionnel du web, c’est que vous cherchez une personne qui connait internet, sa technologie mais aussi ses particularités en terme de communication, de marketing, de contenu…

Une grande partie de mon travail consiste à passer des heures sur le web à scruter les tendances technologiques et graphiques, à lire des études, des articles sur la communication et le marketing, l’économie du web, les réseaux sociaux… Tout ce travail me permet d’apporter la meilleure réponse à votre projet, et cela doit aussi se payer car c’est une plus value non négligeable, plus importante encore que la capacité à bien « dessiner ».

La conception

La partie conception est la plus importante du projet, c’est à ce moment que se prennent les décisions, pas après. Tout ce qui touche au projet doit être étudié à ce moment là. C’est à cette étape que j’étudie la demande, ainsi que les objectifs donnés, pour apporter une solution adaptée, utile, répondant aux besoins et objectifs, sur du long terme.

La conception englobe à la fois :
– le briefing de départ
– l’étude du projet
– l’échange avec les différents intervenants
– la réalisation du cahier des charges
– la réalisation du zoning
– les orientations graphiques
– les choix technologiques
– les choix éditoriaux
– l’étude et la validation du budget
– la préparation du planning

Le contenu

Sur certains projets, il m’est demandé d’écrire le contenu du site web. Auparavant cela pouvait paraître secondaire, il suffisait de reprendre le texte des plaquettes de la société. Aujourd’hui, design et contenu sont liés et autant d’attention doit être apportée au texte qu’à l’environnement graphique.

L’écriture web est une science qui demande un savoir faire, du temps et de la réflexion : rencontrer les protagonistes de la société, compiler les documents, discuter, questionner, écrire un contenu orienté, penser à l’internaute, etc.

Que cette étape soit réalisée en interne ou par votre prestataire, elle aura tout de même un coût pour la société et doit être intégrée à votre budget. Et si vous avez des impératifs en terme de référencement, mieux vaut confier cela à votre prestataire. Personnellement je ne garantie pas de référencement si je ne prends pas en charge le contenu du site.

Les impératifs

Bien souvent les clients viennent me voir avec des impératifs plein la tête, le plus courant étant « l’urgence » du projet.

Bien souvent j’arrive à raisonner mon client : un site web terminé trop vite est généralement de mauvaise qualité. Mais si l’urgence est réelle (un salon, la sortie d’un produit…) alors votre prestataire doit bousculer son calendrier pour vous, voire travailler soir et weekend pour boucler à temps. Ceci coûte à votre prestataire et doit être répercuté sur la facture (à ce propos je vous incite à étudier cette infographie très claire).

D’autres éléments peuvent modifier le calcul du budget comme :
– les impératifs techniques : installer le site sur le serveur de la société, utiliser un CMS en particulier, développer un module unique…
– l’obligation de travailler en équipe avec des membres de l’entreprise ou d’autres prestataires, cela peut fortement augmenter le temps de travail
– une méthode de travail « administrative » : réunions, validations, allers-retours… (je pense aux grandes associations et à nos chères institutions)

Le webdesign

Cette étape est un mélange entre de la technique pure (temps passé derrière Photoshop) et de l’expertise acquise grâce à la veille. En comptant les différentes versions, les allers-retours et les ressources achetées (photos, icônes, etc.), cette étape a un coût certain, je ne vais pas vous l’apprendre.

– Mais, ça vous a pris seulement 5 minutes pour le faire…
– Oui, mais j’ai passé 5 ans à apprendre à le faire en 5 minutes.

L’intégration et le développement

On est dans le dur, le technique, le temps de travail pur. Dans cette étape du projet ce sont les compétences et le temps de travail qui vont définir le coût. Là aussi je n’ai rien à vous apprendre.

Le coût de cette étape du projet peut varier selon :
– les compétences requises
– la technologie utilisée
– les particularités de votre projet qui demandent un développement particulier
– la complexité du design à intégrer
– la taille du site

Les trucs en plus : hébergement, gestion…

On n’y pense jamais au début du projet, mais un site internet doit être hébergé sur un serveur et désigné par un ou plusieurs noms de domaines. Selon le type de site créé, le coût de l’hébergement peut fortement varier, par exemple un site e-commerce demande plus de ressources qu’un petit site vitrine. Dans tous les cas, je vous conseille de ne pas négliger l’hébergement car sans lui, pas de site. Aussi confiez-le à un prestataire qui vous proposera une maintenance 7j/7 et d’autres services comme la sauvegarde journalière en cas de piratage.

Tiens, tant que j’y suis : un nom de domaine n’appartient à personne, il n’est pas acheté mais loué auprès d’organismes internationaux. Il ne faut pas oublier de renouveler cette location à chaque date anniversaire.

La gestion du site web peut entraîner des coûts supplémentaires. Si vous souhaitez que votre prestataire mette à jour le contenu ou vous fasse un rapport des visites du site, ou encore réalise le suivi et la gestion du référencement… Tout cela compte en temps de travail.

Autre chose, les réseaux sociaux ou autres services en ligne (newsletters, etc.) ont un coût : création des comptes, gestion, formation à leur utilisation… Il faut en parler à votre webdesigner dès le début du projet.

Ce qui va aussi compter, c’est votre implication dans le projet. Il existe un certain équilibre : plus vous êtes impliqués, moins le prestataire a de travail, donc le calcul est vite fait.

En conclusion

Les graphistes gratuits, ou « gratuistes », ça n’existe pas. Tout a un coût, chaque action menée pour la réussite de votre projet appelle des compétences, un savoir-faire et du temps de travail qui doivent être rémunérés.

Bien entendu grâce aux technologies et aux nombreux services qui poussent sur le web, de nombreuses tâches peuvent être laissées à vos soins (gestion du contenu, suivi…), mais n’oubliez pas que cela a un coût au départ (celui de l’expertise du prestataire) mais surtout un coût difficile à calculer : celui de votre temps de travail nécessaire à l’apprentissage et l’utilisation de ces merveilleux outils.

Comments (4)

  1. Super belle définition du domaine. Il est difficile parfois de faire comprendre pourquoi les prix sont ce qu’ils sont et aussi pourquoi nous posons autant de questions. Je me fais souvent demander un prix mais sans détail du travail à faire et le client ne comprend pas pourquoi je ne peux lui donner un prix. Je penses que je vais te garder en lien sur mon site afin qu’ils comprennent 😉

    • Merci pour ton commentaire ! Effectivement j’ai écrit cet article, comme d’autres, pour renvoyer le client dessus afin qu’il ait une idée de notre métier.

  2. Très bon article bien écrit qui reflète bien notre métier et ses tenants et aboutissants ! Je vais me garder en favoris et envoyer le lien aux clients qui ne comprennent pas pourquoi le devis est plus cher que l’idée que eux se faisait d’un site Internet de qualité 🙂

Leave a Comment